FR EN



ARIANE & ORPHÉE, CANTATES FRANÇAISE

M. Lambert - J.P.Rameau - E.J. de la Guerre
Hasnaa Bennani: Soprano
Domitille Gilon: violon & direction
Fabien Roussel: violon
Anna Besson: traverso
Georges Barthel: traverso
Robin Pharo: dessus de viole
Ronald Martin Alonso: viole de gambe
Vincent Fluckiger: théorbe & guitare baroque
Thomas Soltani: clavecin & direction

 

Cantates, pièces instrumentales

 

Durant la première moitié du XVIIIème siècle, le paysage musical européen connaît l'essor de la cantate. Cette forme nouvelle comprenant généralement un effectif réduit et pas de jeu théâtral engendre un répertoire foisonnant. Elle connaîtra en France son apogée entre 1680 et 1750: de nombreux compositeurs s'initient au genre avec succès, puisant leur inspiration dans la destinée bien souvent tragique des figures mythologiques de l'antiquité grecque.

 

Femme délaissée par l'homme aimé d'une part, poète affrontant les Enfers pour en sauver son Eurydice d'autre part: si les trames dramatiques de ces deux mythes s'opposent, elles n'en évoquent pas moins les tourments humains et leurs affects. C'est ainsi qu'amour blessé, colère et vengeance revêtent avec éloquence leur expression musicale, tant chez Jean-Philippe Rameau qu'avec Philippe Courbois. Ces deux compositeurs illustrent chacun à leur manière les douleurs et passions de ces personnages, ainsi que l'ambivalence complexe qui les habite. Leur musique offre une palette harmonique et mélodique riche en couleurs, dont l'expression dramatique est en tout point fidèle au texte.

 

Afin d'accompagner ces cantates, cet enregistrement présentera une des femmes compositeurs les plus importantes en France sous le règne de Louis XIV, Elisabeth Jacquet de la Guerre. Sa sonate, aux sept mouvements de caractères variés, accompagne merveilleusement les sentiments passionnés et la fragile détermination des deux héros. Mythologique non, héroïne toutefois, c'est  l'une des rares femmes compositeurs du XVIIIème siècle à être reconnue,  son plus fidèle ami et protecteur n'étant autre que le Roi Louis XIV lui même ! Nous célébrons cette année le 350ème anniversaire de sa naissance.

 

Enfin, l'air de cour « Ombre de mon amant » de Lambert est un poignant hommage au malheur d'Orphée, tandis que la Chaconne de Marais, de style enlevé, illustre le bonheur retrouvé d'Ariane.

 

 

Diapason:
" Programme complet, Magnifique... La soprano Marcaine sait son Rameau, le phrase exquisément, l'orne à la perfection, le colore de telle manière qu'il se trouvera peu d'oreilles pour y résister. Une sirène...
La sonate de Jacquet de la Guerre a le galbe et la faconde d'un opéra instrumental, et la chaconne de Marais s'exprime en toute spontanéité. Ames sensibles, le florilège est pour vous"

 

Le vif, l'express:
" Dès les premières mesures, on est emporté: entre émotion, raffinement et intensité, la jeune cantatrice trouve toujours le ton juste".

 

Sélection Nice-Matin:
"...Orphée de Jean- Philippe Rameau ou Ariane de Philippe Courbois,deux des cinq oeuvres présentées ici, illustrent bien ce destin. C'est beau et pur comme du cristal. Même les morceaux instrumentaux sont divins..."

 

Jounal l'Alsace:
" Des oeuvres dont on redécouvre toute la pureté dans la voix virevoltante de la soprano Hasnaa Bennani, et la préciosité d'éxécution de l'Ensemble Stravaganza. La restitution de ces cantates franaises témoigne de la vivacité de la scène baroque actuelle..."

 

Crescendo magazine:
"une voix exquise et idéale pour ce répertoire, accompagnée par un petit ensemble de huit musiciens à elle dévoués : une heure de plaisir à savourer sans modération !"

 

Opéra magazine (5 clés)
" Comment ne pas apprécier la fraîcheur et la grâce de cette voix facilement émise, ce timbre clair et lumineux ? La soprano marocaine chante comme elle respire, avec l'élégance qui sied au style français ".
 

<<Retour