FR EN

FERVEUR ET SPIRITUALITE

 

Le Stabat mater de Pergolèse est probablement l'une des oeuvres les plus fascinantes de l'histoire de la musique. La copie, la transcription, l'adaptation et l'élaboration d'oeuvres d'autres compositeurs furent par ailleurs des activités que Johann Sebastian Bach pratiqua tout au long de sa vie. C'est ainsi qu'entre les années 1741 et 1746, à Leipzig, Bach rendit un fascinant hommage à Giovanni Battista Pergolesi à travers son motet Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083.

Destiné au culte catholique de la Semaine sainte, le Stabat Mater était construit sur une
belle séquence du XIIIe siècle évoquant les douleurs de la Vierge Marie lors de la Passion.
La parodie de Bach y substitua une paraphrase en allemand sur la version luthérienne du psaume 51 (le Miserere).

 

JEAN - SEBASTIEN BACH
Motet “Tilge, Höchster, Meine Sünden”
ANTONIO VIVALDI

10 à12 musiciens et 2 chanteurs
Stéphanie Varnerin
Soprano
Maximin Marchand 
Contre-ténor
Domitille Gilon
Violon solo
Thomas Soltani
Clavecin

<<Retour