FR EN

IMITATIO & CARNAVAL

 

Leopold sis caesar, non musicus' (Léopold, soyez un empereur et non un musicien): cette apostrophe, souvent affichée à la porte du palais impérial à Vienne, en dit long sur l'importance de la musique sous Léopold Ier. Grace à ses relations avec Vienne, Salzbourg et Rome, cet empereur a construit une bibliothèque musicale d'une richesse exceptionnelle, incluant un nombre important d'oeuvres écrites pour la saison du carnaval.

 

Le carnaval était construit de telle sorte que la musique occupait une place importante parmi les moultes divertissements. Le Balletti Lamentabili de Biber avec son dernier Lamento et la Serenata con altre arie de Schmelzer avec sa Campanella (sonnerie des cloches) marquaient ainsi la fin du carnaval. Les Battalia et Serenada de Biber témoignent une fois encore de la prééminence de la musique au sein du carnaval et du goût pour les pièces dominées par l'imitation, l'humour et la comédie.

 

3 violons
2 viole de gambe
Clavecin & orgue

<<Retour